Comment entretenir son tambour ?

Avant et pendant son utilisation :

Il est tout à fait normal que le son d'un même tambour varie. Toutes les peaux naturelles sont sensibles aux variations d'humidité, quel que soit l'instruments (djembé, congas, tambours chamaniques...).

Vérifier la tension : La peau doit être suffisamment tendue pour offrir une sonorité qui dure, tout en donnant des basses autant que le tambour le peu généralement. Aux extrêmes, cela va du son de casserole sans basses (trop tendu) à un poc poc terne et sans harmonique (pas tendu).

S'il est trop tendu, vous pouvez :

- soit jouer sur le système d'accordage du tambour s'il en possède un (chambre à air interne, modification du cordage...).

- soit jouer sur l'humidification de la peau (passer un chiffon mouillé sur la peau par exemple, ou mettre un peu d'eau au creux de votre main et caresser la peau avec. Si c'est un tambour avec des poils vous pouvez le faire à l'intérieur.

S'il n'est pas assez tendu, (météo humide, en forêt, bord de mer...) vous pouvez de même jouer sur le système d'accordage s'il en dispose d'un, ou l'approcher d'une source de chaleur : le mettre près d'un feu, d'une lampe chauffante, du radiateur, au soleil...

Mais attention : en le surveillant !! au risque de l'abîmer parfois irrémédiablement. Ne pas l'oublier près de ces sources de chaleur. S'il se tend trop, il peut ensuite en perdre son élasticité et plus se retendre la fois suivante. Quelques minutes, tenu à la main, suffisent.

Hors utilisation :

Comme tout instrument il est bien entendu fortement recommandé de le protéger à l'aide d'une housse appropriée (protéger du soleil, des variations brusques d'humidité, des coups) surtout lors des transports. Une couverture peut aussi faire l'affaire. 

Si les conditions le permettent chez vous (air pas trop sec) vous pouvez bien sûr l'exposer sur un mur ou une étagère et avoir le plaisir de sa présence !

Le tambour, hors utilisation, ne craint pas l'humidité, au pire il est détendu, mais c'est sans dommages.

Il ne faut cependant pas le laisser à la pluie, si la peau est trop imbibée elle n'arrivera pas à bien se retendre.

En revanche il craint davantage le sec (qui est parfois plus présent l'hiver que l'été !). Dans ce cas soyez vigilant à l'en préserver (peaux animales).

Ne jamais laisser un tambour de manière prolongée près d'une source de châleur. Attention en voiture (pas de plage arrière au soleil par exemple), radiateurs, cheminée, soleil direct, feu (accident fréquent lors de cérémonie)...

Une ou deux fois par an passer une noisette d'huile sur la peau (côté externe ou interne pour un tambour poilu) avec un chiffon doux ou votre main (huile d'amande douce par exemple, ou de cameline). Cela va nourrir la peau (comme nous) et l'aider à mieux résister à la sécheresse.

Il ne faut pas huiler votre peau si vous souhaitez le peindre ou le faire peindre (une peinture acrylique ne pourra pas si accrocher).

Les tambours ainsi que les accessoires vendus sur le site drumsoftheearth.com sont de grande qualité. Tout est issus de fabrications artisanales. Nous avons pris soins de sélectionner des artisans consciencieux et respectueux dans leur démarche, dans le choix et l'utilisation des matériaux, et dans le travail accompli. Ce sont tous des gens passionnés, investis, qui y ont mis du cœur et une grande attention.

Nous vous en souhaitons une très belle rencontre et de beaux voyages !

Les tambours vendus ici sont garantis un an (parfois plus pour certains artisans) pour une utilisation normale et appropriée. Mais en dix ans d'expérience nous n'avons jamais eu de retours !

laissez un commentaire

Se connecter


OR

Laissez votre commentaire via facebook